C\
Le camp militaire de « Sissonne »

L'aviation

Le camp d'aviation de Sissonne

Le Mont de la Croix.


24 JUILLET 1910

C'est par erreur que le journal les Tablettes de l'Aisne a annoncé qu'un aéroplane avait évolué autour du Camp. Il s'agit tout simplement d'un cerf volant de grandes dimensions modèle des cerfs-volants du capitaine MADIOT, qui a été construit par un soldat du détachement permanent.

29 SEPTEMBRE 1910

Journée de l'acte de fondation du terrain d'aviation de Sissonne. Le mercredi 28 septembre 1910, le Colonel Estienne charge le lieutenant BELLENGER (promu capitaine le jour même) de reconnaître un terrain qui lui était signalé au Camp de Sissonne comme susceptible de servir de terrain d'atterrissage et de recevoir hangars et ateliers sans gêner les manoeuvres dans le Camp.

 

Le « Blériot » du capitaine BELLENGER. Camp d'aviation de Sissonne.

Tricherie de photographe, Bellanger est à gauche, en képi de lieutenant et à droite en képi de capitaine.

31 OCTOBRE 1910

Avant-projet de création d'un centre d'aviation, annexe de l'établissement d'aviation de Vincennes, au Mont de la Croix. Sont prévus des hangars pour dix aéroplanes, ateliers, magasins, remise aux voitures, écuries pour dix chevaux avec sellerie et magasin à fourrages, bureaux, casernement pour trente hommes, logements pour 3 sous-officiers dont un marié et de cinq officiers célibataires. Un colombier* serait installé dans les combles de l'un des bâtiments. Latrines à tinettes mobiles comme au Camp.

Le terrain servirait de départ et d'atterrissage, sans qu'il soit nécessaire de le délimiter par une clôture. Les expériences d'aviation ne devant pas, en général, être exécutées aux heures de manoeuvres de troupe, n'empêcheraient d'ailleurs pas la traversée du même terrain pour l'instruction de ces derniers. Le projet global s'élève à 145.000 francs.

Au sujet du colombier :

Le pigeon et son conteneur de transport.

Le pigeon voyageur est l'ancêtre des transmissions. Une fois l'avion au sol, il convient de prévenir les secours éventuels et de toute façon organiser la récupération de l'avion (en vue de son dépannage) ou de l'épave.

Pas de radio, et l'éventualité d'un téléphone dans les environs est aléatoire. Les pilotes lâchent alors le pigeon voyageur qui est systématiquement embarqué à dessein !


 

Les quatre hangars à avions et de chaque coté les locaux techniques, casernements, etc...
Les hangars d'aviation au Mont de la Croix.

 

Le premier centre d'avions du Camp.
Détails du casernement.

22 DECEMBRE 1910

Le ministre de la guerre vient de décider qu'un camp d'aviation sera prochainement installé au camp de Sissonne.

Camp de Sissonne. Parc d'aviation militaire. Hangars d'aviation. Vers 1913.

Carte postale, photomontage contradictoire. Avion dans l'axe de tir de l'artillerie.

Carte postale où le photographe donne libre cours à son inspiration, mais le survol d'une zone de tir d'artillerie par un avion relève de l'anomalie. L'aviation peut orienter les tirs d'artillerie, ce qui explique cette situation.

 

 

 


 Vers 1911 Hangar d'aviation en cours de construction au Mont de la Croix.

Biplan du lieutenant COVILLE et du sapeur GRADJEAN.
Hangar en construction à toiture droite à un seul plan de Mont La Croix.

 

 

 

 



Le camp d'aviation de La Malmaison

Autogires
Autogire

 

Aviateurs d'un jour chez les photographes de Sissonne.

Photo Ruet frères
Photo Lefèbvre
Photo Lefèbvre
Photo Ruet frères
Photo Lefèbvre
Photo Roux

Photo Lefèbvre
Photo LefèbvreA l'arrière, Cyprien Horemans qui sera le père de Jean Horemans, futur Maire de Sissonne

Champ de tir des avions modernes.

Champ de tir des avions modernes.

Retour page principale : Tout ce qui vole !.

 

Recherches : Jean-François MARTIN

Mise en page : Marc BERRIOT - PH


Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© Site du Club Informatique Ademir. Dernière modification le 30/12/2015 à 21:05