L\
L'Histoire de « Sissonne »

1900 La Souche

La Souche : lavoirs et abreuvoirs au siècle dernier

Le Pont DAMERY, le Pont LACAILLE, la ruelle JESSE... cela vous dit quelque chose ? Ces appellations oubliées étaient pourtant familières à nos anciens il y a cent ans quand on parlait de La Souche. C'est que, comme toutes les rivières, elle venait à s'envaser et il fallait en effectuer régulièrement le curage. On avait recours à des entreprises locales (Ex. L'HOTTELAIN, BECRET ). On procédait alors à une adjudication pour l'enlèvement des terres provenant du curage. Les adjudicataires étaient des cultivateurs de Sissonne qui avaient l'autorisation de transporter ces terres sur leurs propriétés. On retrouve parmi eux des familles bien connues à Sissonne : FOUAN, DUSSART Emilien, VINCELET Elisée, COCHON Laurent, FRANCOMME Henri, LAURENT Charles, COTTEREAUX Ernest, JACQUELET...

Lavoir ruelle des grands jardinsLe pont Lacaille
Le pont Lacaille

C'est le procès-verbal d'adjudication de 1904 qui fait mention de " ferrailles, pierres, verres qui seront distraits de tous les lots et transportés au Pont DAMERY ou au dépotoir de la rue Madeleine ". Plus loin on cite le Pont LIEVIN et le Pont Lacaille et on indique que " le sixième lot, du BARBEAU à la Ruelle JESSE, sera transporté au cimetière. "
Remarque : Un plan retrouvé dans les archives municipales permet de situer avec certitude le Pont LACAILLE à l'entrée de la rue actuelle du 11 Novembre. L'actuelle rue de Verdun était la continuité de la rue Laisné.

Le Pont DAMERY se trouverait à l'entrée de la rue actuelle de l'abattoir. Un autre pont sur La Souche, le Pont Caruelle, n'a pu être localisé exactement. A suivre...

La ruelle Jessé :
A l'emplacement de l'actuelle Rue LAISNE existait une ruelle dénommée Ruelle Gersey à l'origine puis devenue Ruelle Jessé. On y traversait la rivière à gué. A gauche en direction de l'actuelle Rue LECLERC, à l'emplacement approximatif de la Perception, La Souche alimentait un abreuvoir.

L'eau de la rivière était alors plus abondante, claire et saine. Aussi de nombreuses maisons y ayant accès possédaient-elles chacune leur lavoir. Un rapport de la Commission des travaux rédigé par M. DELIANCOURT est à ce sujet très instructif sur leur nombre, leur emplacement et la charge d'entretien pour la commune qui en découlait (Outre le curage, la réparation des ponts, l'élagage des haies et arbres en bordure, l'élargissement de certaines parties ).

Le ponceau, lavoir route de Laon
La commission proposait de supprimer des lavoirs individuels, d'en créer d'autres, ce qui montre que la lessive à la rivière était encore une pratique bien vivante. De même elle recommandait des travaux au lavoir communal route de Laon et à celui du cimetière.
Ce rapport témoigne également de l'existence de plusieurs abreuvoirs à moutons en dehors de celui de la rue Jessé : celui du pont de la rue de Boncourt et celui du Pont DAMERY.
On comprend alors que la propreté de la rivière soit à l'époque l'une des préoccupations de la commune. M. DELIANCOURT déclare :
" Pour maintenir la propreté de la rivière et des remparts, nous prions M. le Maire de vouloir bien faire passer l'appariteur deux fois la semaine pour s'assurer qu'il n'y ait pas de dépôts et dans ce cas rechercher le délinquant. "
Il préconise également de faire apposer des écriteaux :
" Défense de déposer des ordures sous peine d'amende ".
Il s'engage à faire passer la Commission deux fois l'an.

Petite histoire d'appellations :
Un pont appelle souvent l'intervention d'entreprises pour son entretien au début du siècle, c'est le Petit gué en 1900. Il devient le Petit Hauet en 1911 puis le Petit Wé en 1913 , le Petit Hué en 1914. Ensuite ce lieu, où La Souche s'évasait pour former une sorte de bassin, reprit son nom de Petit gué. Ce pont est situé sur la petite route qui joint la rue de La Selve et le croisement du "Chaufour", routes de Ste Preuve-Boncourt-Lappion.


Le ponceau, lavoir route de Laon

Renel LEROY


Je veux compléter / corriger cette page par courriel
© Site du Club Informatique Ademir. Dernière modification le 19/03/2013 à 10:54